Écrit par Erik Weijers il y a 6 mois

L'Union européenne veut interdire les transactions crypto anonymes

Le Parlement européen a voté hier en faveur d'une proposition d'amendement très contestée visant à interdire les transactions crypto anonymes. Il s'agit d'une proposition qui va à l'encontre de l'esprit de l'industrie de la crypto et qui viole la vie privée. Si l'amendement devait effectivement entrer en vigueur, cela signifierait en pratique beaucoup de paperasse lors du transfert de crypto depuis, par exemple, votre compte d'échange vers votre propre wallet. La mesure décourage donc la conservation de votre crypto dans votre propre wallet, alors qu'il s'agit de l'un des piliers de l'invention que l'on appelle crypto.

L'amendement s'inscrit dans le cadre du règlement sur les transferts de fonds (TFR) sur lequel travaille la commission des affaires économiques et monétaires (ECON). Ce paquet de propositions a été initialement déployé pour l'industrie financière traditionnelle dans le cadre des objectifs de lutte contre le blanchiment d'argent. Mais maintenant, le paquet pourrait être étendu aux crypto, sous une forme plus stricte, ce qui pourrait avoir des conséquences négatives inattendues.

Pas encore définitif

À propos, l'amendement n'est pas encore définitif. Les négociations dites de trilogue commenceront dans les semaines à venir. Les parlementaires européens peuvent encore, à condition d'être suffisamment nombreux, demander un vote pour modifier la proposition. Pendant les négociations du trilogue également, des ajustements à la loi peuvent encore être apportés. Les citoyens et les entreprises peuvent s'adresser aux membres du Parlement européen et s'assurer ainsi que les réactions sont nombreuses.

Une mesure étouffante pour le secteur de la crypto

La mesure est condamnée par les défenseurs de la crypto et les entreprises comme étouffant l'innovation d'une industrie émergente et la vie privée des utilisateurs. Elle alourdirait les échanges de crypto faisant affaire avec des clients européens avec une tonne de paperasse, ce qui pourrait les amener à abandonner complètement ce type de transactions.

Que signifie concrètement la modification proposée ?

  • Supposons que je veuille transférer des Ether de mon compte sur un marché d'échange vers le wallet privé d'un ami. Je devrais alors fournir les coordonnées de cet ami, qui n'est même pas un client de la bourse. Comme cela est très peu pratique, les bourses se sentiront obligées de rendre ces transactions impossibles.
  • Pour chaque transaction de plus de mille euros, les bourses doivent communiquer vos données aux autorités chargées de la lutte contre le blanchiment d'argent. Imaginez si c'était le cas pour chaque transaction bancaire de plus de mille euros. Les banques crouleraient sous la paperasse et devraient fermer boutique.

Il est concevable que les bourses, pour se débarrasser des tracas, rendent les transactions vers les wallets privés totalement impossibles.

Conclusion

Il y a quelques semaines, nous étions soulagés de savoir que l'UE n'interdirait pas le bitcoin, mais ce nouveau développement ne fait pas le bonheur des propriétaires de crypto. Elle montre que l'UE ne veut pas embrasser l'industrie de la crypto en tant que source d'innovation et d'emploi. Bien sûr, tout le monde est contre le blanchiment d'argent. Mais la proportion de transactions crypto utilisées pour des activités criminelles ne représente qu'une fraction d'un pour cent du total. Si les mesures proposées entrent en vigueur sous leur forme actuelle, elles entraîneront un degré de surveillance financière sans précédent, ce qui empêchera les citoyens de protéger leurs actifs dans des wallets privés contre des personnes extérieures.

Le trésor de données privées qui serait créé par cette loi est le rêve de tout État totalitaire. Les capacités de surveillance acquises par les gouvernements et, d'ailleurs, les sociétés de crypto, augmenteraient considérablement. Pensez-y : l'adresse de votre domicile sera liée à celle de votre blockchain. Si l'on met de côté les possibilités de surveillance des entreprises et de l'État, les criminels qui pirateraient ces données pourraient envoyer des courriers de phishing ou même savoir à quelle porte frapper.

Pour conclure, essayons de dézoomer et d'adopter un point de vue un peu plus favorable sur ces évolutions. Il est de plus en plus clair que les crypto auront une place dans le système financier et ne seront pas interdits. En fin de compte, l'État veut simplement être en mesure de taxer les choses. C'est très bien, mais cela n'enlève rien au fait que cette proposition dépasserait de loin les limites. Il y aura peu d'impôts à prélever sur les citoyens et une industrie qui sera tentée de quitter l'Europe !

Trader à tout moment, n'importe où

Augmentez votre impact de trading et votre temps de réaction dans plus de 80 crypto-monnaies grâce à l'accès instantané à votre portfolio avec l'application LiteBit.

download-app