LiteBit

il y a 3 mois

Qu'est-ce qu'une attaque à 51%?

Le bitcoin est absolument sûr. Du moins à l'heure où nous écrivons ces lignes. Ce n'est pas seulement parce que sa technologie a déjà fait ses preuves, mais aussi en raison de la croissance constante de son réseau ces dernières années. Cependant, la sécurité des transactions dans un réseau ne doit jamais être considérée comme acquise. Bitcoin permet à tous ses utilisateurs de vérifier et de confirmer littéralement tout ce qui se passe dans son réseau. Cela inclut également leur solde et la validité ou non d'une transaction.

Mais il existe également une possibilité de fraude. Dans ce cas, quelqu'un ou quelque chose tenterait de prendre le contrôle du réseau Bitcoin. Dans cet article, nous allons voir comment cela est - en théorie - possible, et pourquoi une attaque à 51 % n'est pas très dangereuse pour le réseau Bitcoin.

Le bitcoin a résolu le problème de la double dépense

L'un des développements majeurs de la technologie du bitcoin est la résolution de la double dépense. Comment s'assurer qu'une personne du réseau ne crée pas de l'argent à partir de rien en créant une fausse action ? Une telle personne pourrait facilement dépenser deux fois la même somme d'argent. Cependant, ceci n'est pas possible avec Bitcoin, car :

- Les transactions sont vérifiées par chaque nœud du réseau.

- Les nouveaux BTC ne peuvent être dépensés que par le biais du minage

- Chaque transaction est liée par un hash unique à l'historique complet de la transaction.

Mais que se passerait-il si une entité, ou du moins un grand groupe d'acteurs clés du marché, voulait frauder le système ensemble ? Dans tous les cas, ils ne peuvent pas modifier le code sans l'autorisation de tous les autres. Mais ils pourraient déclencher une perturbation avec une attaque dite "51%".

Qu'est-ce qu'une attaque à 51% ?

Une attaque à 51 % signifie que quelqu'un a pris le contrôle du taux de hachage au sein d'un réseau. Cela permet à l'attaquant de générer plus de blocs que le reste du réseau, ce qui le met en position de manipuler les transactions.

Un exemple : David envoie à Marie une transaction de 1 BTC en échange d'un verre de limonade. Marie ne sait cependant pas que David possède 51 % du taux de hachage et qu'il essaie de l'escroquer. David n'a que deux choses à faire pour obtenir la limonade de Marie sans la payer. Il prépare une transaction légitime de 1 BTC, mais il prépare également une transaction où il s'envoie ces 1 BTC à lui-même exactement au même moment.

David envoie d'abord le 1 BTC à Marie et obtient sa limonade. Mais il utilise sa majorité au sein du réseau pour miner un bloc contenant la deuxième transaction, transférant les 1 BTC à lui-même. Marie se retrouve les mains vides.

Mais David peut aller encore plus loin : il crée secrètement sa deuxième transaction en arrière-plan, et s'appuie sur cette chaîne. Sa chaîne est plus longue : parce qu'il a plus de taux de hachage et peut donc aller plus vite. Par la suite, la chaîne la plus courte, celle de la première transaction entre lui et Marie, est annulée.

Pourquoi cela ne pose-t-il pratiquement aucun problème avec le bitcoin?

Mettre la main sur 51 % du taux de hachage est une tâche pratiquement impossible pour quiconque. Même des entités comme le gouvernement américain ou Google n'y parviendraient possiblement pas. Ils sont très riches, mais trois facteurs rendent cette tâche pratiquement impossible à réaliser pour eux :

- Il faut beaucoup de matériel et il n'est pas certain qu'il en existe suffisamment.

- Même s'il y a suffisamment de matériel à vendre, le prix exploserait si une seule partie voulait faire un achat en gros.

- Une telle incursion d'un acteur mondial majeur ne passerait pas inaperçue, ce qui permettrait aux développeurs de Bitcoin de se préparer et de prendre des contre-mesures.

Même si un joueur était assez fou pour faire tout cela et mettre la main sur le taux de hachage de 51 %, la fraude ne passerait pas inaperçue. Tous les nœuds honnêtes seraient en mesure de désapprouver la chaîne frauduleuse avec une seule mise à jour. Le résultat serait : Des milliards dépensés en matériel et en électricité pour une seule transaction manipulée.

Ils préféreraient possiblement utiliser cet argent pour miner équitablement des bitcoins et obtenir des BTC plutôt que de dépenser tout cet argent et de se retrouver les mains vides.

Qu’en est-il des autres cryptos?

Cela est un peu plus compliqué. Il y a eu quelques attaques réussies à 51 % dans le passé, par exemple sur Ethereum Classic (ETC) et quelques autres altcoins de preuve de travail. La raison pour laquelle cela a fonctionné est que ces réseaux étaient très vulnérables. Il n'y avait tout simplement pas assez de nœuds ou de mineurs pour s'occuper de leurs blockchains. Par conséquent, un attaquant n'avait qu'à déployer quelques ressources pour obtenir la majorité.

Il existe plusieurs mesures pour contrer ces attaques, comme les verrous de chaîne. Ceux-ci rendent peu rentable la manipulation des transactions par une attaque à 51 %, même s'il s'agit d'un petit réseau vulnérable. Dash est un exemple de crypto qui utilise des verrous de chaîne.

Trader à tout moment, n'importe où

Augmentez votre impact de trading et votre temps de réaction dans plus de 40 crypto-monnaies grâce à l'accès instantané à votre portfolio avec l'application LiteBit.

download-app